• Au départ, un beau "Tableau de famille" acquis lors d'une vente aux enchères, celui de la famille Débatisse, au XIXe siècle.

    Sept enfants, génial! Ce serait bien le diable si je n'arrivais rien à trouver de plus!

    Famille Débatisse, St Priest-la-Prugne

    Cette Chronologie de famille a été brodée en 1897 par Marie, la petite dernière née en 1883, elle avait 14 ans

    Famille Débatisse, St Priest-la-Prugne

    Un titre: Chronologie de famille, surmonté d'un petit oiseau

    Famille Débatisse, St Priest-la-Prugne

    De chaque côté, deux Sacré Coeur qui ne sont pas identiques, des fleurs et des étoiles, l'ouvrage est bordé d'une jolie frise de feuilles stylisées

    Famille Débatisse, St Priest-la-Prugne

    Famille Débatisse, St Priest-la-Prugne

    L'ouvrage est brodé en coton rouge sur du canevas fin.

    Bon, épluchons la liste de tous les participants de cette plongée dans le passé.

    Les parents d'abord: Jean Débatisse et Marguerite Brunelin.

    Je ne trouve rien qui corresponde sur le net.

    Ou plutôt si: un couple d'homonymes, mais les dates ne correspondent pas.

    Alors un par un, je cherche les enfants

    Famille Débatisse, St Priest-la-Prugne

    Sur les sept, il y aura bien un descendant qui aura fait un arbre généalogique qui figurera sur un des nombreux sites dédiés à cette passion partagée par un grand nombre de compatriotes?

    Eh bien non...Rien sur cette branche de Débatisse ne correspond.

    Je fouille...et je tombe sur un article de presse, parlant d'une grande fête de "cousinade" de la famille Débatisse dans un petit village de la Loire: St-Priest-la-Prugne

    Pourquoi ne pas chercher là? 

    Au moins regarder si les deux noms de famille:Débatisse et Brunelin cohabitent à cette époque dans ce village?

    Famille Débatisse, St Priest-la-Prugne

    Et là!!! Bingo!!!

    Plusieurs famille Débatisse, plusieurs Jean dont un correspond pour l'âge et une famille Brunelin.

    Marguerite, fille de Jean et Claudine Brunelin, cultivateurs, est l'aînée de 5 enfants, deux soeurs: Jeanne-Marie et Claudine, deux frère: Jean et Noël

    Elle a 21 ans quand elle épouse le 23 janvier 1861 Jean Débatisse, cultivateur.

    Famille Débatisse, St Priest-la-Prugne

    Leur première fille, Claudine (vraiment un prénom courant dans la famille!) naîtra le 8 décembre.

    Puis viendra Jean, le 15/2/1863

    Pierre le 26/2/65 qui ne vivra pas

    Et puis en 1866 -étrangement!-une deuxième petite fille qui sera prénommée Claudine comme son aînée!

    Que s'est-il passé ? Jean avait-il trop arrosé la naissance de sa deuxième fille et s'est-il trompé en indiquant le prénom?

    Toujours est-il que Claudine numéro 2 apparaît sous le nom de Joséphine dans le tableau de famille de Marie. Elle décèdera à 22 ans, en 1888

    Jean-Joseph en 1868 ne vivra que 20jours

    Noël naît le 15/9/1869

    Antoine 25/4/1871 vivra 11 mois

    Jean-Jeremy le 29/10/1873

    Marie le 11/8/1875

    Pierre, le 10/7/77 bizarrement, il ne paraît pas sur la broderie. Oubli involontaire ou volontaire? A-t-il fait quelque chose de grave qui l'a mis au ban de la famille? Il est pourtant mort en 1963

    Antoine le 30/4/1879 qui épousa une autre Marguerite Débatisse. Une lointaine cousine?

    Marie-Joséphine, née le 20/6/1880 mourra à 4 ans, en 1884

    Et enfin, la petite dernière: Marie-Antoinette née le14/6/1883 et qui nous offre cette belle chronologie de sa famille.

    Elle épousa le 11 aout 1906 Jacques Cornet, qui l'emmena vivre...je ne sais pas où!

    Je sais juste qu'elle est décédée à 91 ans, le 18 avril 1974 à Roanne.

    Elle a vécu les deux guerres mondiales, a connu l'ancien et le nouveau franc, les début de l'automobile, de l'aviation , les progrès du féminisme. Une longue vie bien remplie et que j'espère heureuse.

    Mais celle à qui je veux aussi rendre hommage, c'est sa maman, Marguerite Brunelin.

    De 21 ans à 43 ans, elle a porté 13 enfants, en a perdu 5.

    Elle a peut être même été grand mère en même temps que maman.

    A toutes ces femmes qui ont porté, élevé et perdu tant d'enfants, tout en travaillant du matin au soir aussi bien aux champs, à l'étable qu'à la maison, sans jamais une minute pour elles, je veux dire bravo et merci

    Famille Débatisse, St Priest-la-Prugne

     

     

     

     


    10 commentaires
  • Ciel dégagé mais températures bien basses ce lundi de Pâques, pour se rendre à la grande farfouille de Cercié-en-Beaujolais, petit village perdu au milieu des vignes.

    Il n'est que 8 heures quand nous arrivons mais déjà beaucoup de monde. Galère pour se garer, aucun parking n'est prévu. Donc un quart d'heure de marche pour arriver au centre du village pour boire un café et commencer la chasse aux trésors.

    Plusieurs années que nous n'étions pas venus et comme partout, les particuliers et leurs vêtements d'enfants d'occasion et leurs barbies dénudées ont largement pris le dessus sur les professionnels et la belle marchandise. Mais bon, il en faut pour tout le monde!

    Une charmante dame avait un joli stand de jouets anciens.J'y ai acheté un joli lit en pitchpin avec sa literie, juste la taille de ma poupée Françoise. Dommage, l'armoire assortie était trop petite!

    Cercié-en -Beaujolais, lundi de Pâques 2017

    L'amour maternel existe même chez les blaireaux, en voici la preuve

    Cercié-en -Beaujolais, lundi de Pâques 2017

    Coup de foudre pour une adorable épicerie en bois des années 50, rien n'y manque: vin, fromage, saucisson, biscuits, riz, même un tout petit opinel pliant. Sans oublier un seau et une éponge pour nettoyer après la fermeture...

    Cercié-en -Beaujolais, lundi de Pâques 2017

    Bolide de sport à pédales pour petit conducteur exigeant

    Cercié-en -Beaujolais, lundi de Pâques 2017

    Le seul marquoir de la brocante, je ne pouvais pas le laisser passer. Il est magnifique, brodé en soie, le marchand l'avait entièrement nettoyé avant de le réencadrer dans son cadre d'origine. Je vous le montrerai en détail lors d'un prochain article

    Cercié-en -Beaujolais, lundi de Pâques 2017

    De retour à la maison, Françoise était ravie de découvrir son lit

    Cercié-en -Beaujolais, lundi de Pâques 2017

    Malgré le froid, une belle journée de chine.

    Et cette semaine, j'ai commencé Francine Benoit. Elle est bien agréable à broder

    Cercié-en -Beaujolais, lundi de Pâques 2017

    Et vous ? Avez vous chiné ce week end de Pâques ? Avez vous fait de belles trouvailles ?


    19 commentaires
  • Joyeuses Pâques 2017

    A tous et toutes, je souhaite de Joyeuses fêtes de Pâques!

    J'espère que les cloches sont passées et que vous avez rempli vos paniers d'oeufs et de lapins en chocolat...

    Joyeuses Pâques 2017

    Mon cognassier est magnifique! J'espère pouvoir faire autant de pots de gelée cet automne que l'année dernière

    Joyeuses Pâques 2017


    14 commentaires
  • Petite escapade dans le midi chez mon amie Henriette qui habite l'Isle sur la Sorgue..

    Le samedi, découverte de Cavaillon, célèbre pour ses melons mais à découvrir pour de bien jolies images!

    Le quartier de la cathédrale Notre Dame et St Veran (ou Henriette s'est mariée!!!)

    Le midi au printemps.

    Tout là-haut a poussé une touffe de fleurs

    Le midi au printemps.

    Les platanes n'ont pas encore de feuilles

    Le midi au printemps.

    Tout là haut sur la colline, la chapelle St Jacques. On peut y acceder depuis le bas par un escalier

    Le midi au printemps.

    Un magnifique cadran solaire sur le mur

    Le midi au printemps.

    Lieu de paix: le cloître de la cathédrale, il date du XIIIe siècle

    Le midi au printemps.

    C'est avec un panier bien garni pour le pique nique que nous partons rejoindre nos époux dans un coin enchanteur, dans les collines du Lubéron

    Le midi au printemps.

    C'est la propriété d'un ami de Séraphin, le mari d'Henriette

    Le midi au printemps.

     

    Les iris sont en train de fleurir, les miens ne sont même pas en boutons!

    Le midi au printemps.

    Plusieurs "bories" sur le domaine ces constructions en pierres sèches caractéristiques du midi, qui servaient d'abri aux bêtes et aux gens, ou à entreposer du matériel

    Le midi au printemps.

    Le midi au printemps.

    Voulez-vous prendre un bain ? La piscine n'est pas encore fonctionnelle...

    Le midi au printemps.

     

    Un hangar aux trésors, perdu dans la végétation

    Le midi au printemps.

    Monsieur Chat est le gardien du domaine

    Le midi au printemps.

    Retour pour l'Isle sur la Sorgue, en prenant le petit chemin, lui aussi bordé de murets de pierres

    Le midi au printemps.

    Aux environs de Gordes, en contrebas d'une route heureusement à sens unique, l'abbaye sistercienne de Senanque, fondée en 1148

    10 moines y habitent encore et vivent de la culture du lavandin pour la parfumerie, sans oublier le miel de lavande et autres dérivés

    Le midi au printemps.

     

    Fin de notre promenade du samedi. Retour à L'Isle sur Sorgue et ses coins de verdure en pleine ville, entre deux boutiques d'antiquaire

    Le midi au printemps.

     


    19 commentaires
  • Déjà le mois d'avril, et sa devise Shadok...

    Françoise et sa veste écossaise avril 1957

    Ce mois-ci, Françoise-Jolie

    se promène

    Françoise et sa veste écossaise avril 1957

     

    Il fait encore frais et aujourd'hui le vent souffle, on supporte bien une veste!

    Françoise et sa veste écossaise avril 1957

    Une jolie veste large en tissu écossais, avec tout un jeu de biais et de droit fil.

    Vraiment pas facile! J'en ai bavé avec le col...

    Les boutons dorés que je possédais me semblaient trop gros pour un double boutonnage, il n'y a donc qu'une rangée de boutons

    Françoise et sa veste écossaise avril 1957

    Un joli empiècement en biais dans le dos

    Françoise et sa veste écossaise avril 1957

    Et au revers des manches. 

    Françoise et sa veste écossaise avril 1957

     

    Les pissenlits sont en fleurs, je ne ferai pas de "cramaillotte" cette année, j'ai encore des pots de l'année dernière.

    Et puis mille excuses à celles qui brodent le marquoir d'Alice!

    J'ai oublié de vous donner la grille du cerf. La voici. Oubli réparé!

    Françoise et sa veste écossaise avril 1957

    Le beau temps est annoncé pour toute la semaine, Profitez-en!


    15 commentaires