• Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Il était une fois un bien joli marquoir...

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Et une petite fille qui s'appelait Henriette

     

    Elle habitait un petit village de Saône et Loire du nom de Germagny

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Son papa, Jean au moment de son mariage, était forgeron, tout comme son grand père, qui s'appelait Jean aussi.

    Il épousa le 11 aout 1872, Jeanne Joffretat qui avait 19 ans.

    Le 28 avril 1874 naquit leur premier fils, Philibert.

    C'est le grand père Jean, à ce moment là maire du village, qui enregistra la naissance de son premier petit fils.

    Philibert épousa Françoise Journot  en 1896.

    Leur deuxième fils, encore un Jean!, vit le jour le 10 septembre 1875.

    Il épousa Hélène Lagrange en 1906.

    Et puis enfin une petite fille! Henriette est  née le 5 février 1878.

    A ce moment là, son papa était devenu marchand de tissus

    En 1880, encore un garçon, Charles, qui épousa Jeanne-Marie Develay en 1908.

    Et enfin  la petite Elisabeth le 12 janvier 1885, enfin une petite soeur pour Henriette! Mais la pauvrette ne vécut que 10 jours...

    Henriette se maria à 19 ans, le 12 septembre 1897, avec Hubert Breton , âgé de 28 ans et employé.

    Elle est décédée en 1950 à Issy-les-Moulineaux, à côté de Paris.

    Et ce qui est amusant (un nouveau clin d'oeil du hasard?)c'est que l'hôtel où j'ai logé pour l'AEF est justement dans cette commune qui touche Paris, porte de Versailles.

    Revenons au magnifique marquoir d'Henriette, qui a dû faire la fierté de toute la maisonnée!

    Mis à part le grand et spectaculaire alphabet en lettres gothiques, un très joli alphabet orné de feuilles

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Avec des roses rouges et blanches de chaque côté

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Une frise de pensées sauvages et de fleurs mauves fait tout le tour de l'ouvrage

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Deux belles croix ornées. Il est rare de trouvé des marquoirs sans aucun symboles religieux.Les petites filles allaient souvent à l'école des soeurs

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Elle aimait bien les animaux,notre Henriette!

    On trouve un coq, un canard blanc, un papillon, un petit oiseau et un très joli paon (oiseau préféré de mon amie Geneviève!)

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Une ancre dans une couronne fleurie...Henriette rêvait- elle de voir la mer?

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Et le trésor de son ouvrage: cette magnifique corbeille fleurie

    Henriette Billebaud, petite fille bourguignonne

    Merci à Henriette pour ce magnifique marquoir, que je saurai chérir et conserver.smile


  • Commentaires

    1
    Mercredi 25 Février 2015 à 12:16

    C est un objet magnifique que tu as là, et en parfait état ! peut-être l'as-tu un peu restauré avec tes doigts de fée, ou est-il " dans son jus " ?

    En tout cas, encore un bien joli voyage dans le temps, et des heures de travail pour cette petite Henriette (on ne voit pas bien la date sur la photo, à quel âge a-t-elle terminé son ouvrage ?) qui continue à vivre  grâce à toi.

    2
    Mercredi 25 Février 2015 à 13:01

    superbe s'est vrai qu'il est bien conservé merci de nous faire découvrir se magnifique marquoir

    bises

    3
    Mercredi 25 Février 2015 à 13:37

    Henriette a brodé son marquoir en 1890,elle avait donc douze ans.

    En cliquant sur les photos, vous pouvez les voir en plus grand.

    Aucune retouche sur le marquoir d'Henriette! Je ne le fais que quand il y a de gros manques dans la broderie, là, il n'y a que quelques points de la frise qui manquent, alors je n'y touche pas.

    Par contre, je vais sans doute le démonter pour le retendre correctement et faire des retouches de laque noire au cadre.

    4
    tantann
    Mercredi 25 Février 2015 à 14:30

    Incroyablement beau ...... merci à Henriette

    Et aussi merci à toi Marie-Libellule, pour cet émouvant moment de partage.

     

    5
    Mercredi 25 Février 2015 à 17:10

    Je suis admirative de ce beau marquoir d'Henriette, les lettres gothiques sont impressionnantes. La corbeille de fleurs est superbe.

    Mais comment fais-tu pour remonter le temps, connaître l'histoire et la famille d'Henriette, à part sa date de naissance, je ne vois pas le nom du lieu Germagny en Saône-et-Loire, quelle piste ?

    Emerveillée par le travail d'Henriette et le tien pour la recherche.

    6
    Mercredi 25 Février 2015 à 18:05

    J'ai fait une recherche sur le net en tapant "Henriette Billebaud" et c'est  là que je suis tombée sur la petite Henriette Billebaud de Germagny en Saône- et- Loire , dans une période pouvant correspondre, et dans le département d'où provenait le marquoir.

    Ensuite, il suffit de consulter les archives en ligne de Saône- et -Loire pour la commune de Germagny dans la période qui interesse, en tournant bien toutes les pages pour trouver les frères et soeurs, et en grossissant les actes pour lire les détails.

    Bien souvent, en marge de l'acte de naissance , est spécifié le mariage et le décès.

    Pour Henriette, il y avait son décès mais pas son mariage, j'ai donc également cherché dans les actes de mariage de Germagny car en règle générale, le mariage a lieu dans le village de la jeune fille. Pour ses frères figuraient les mariages, mais pas les décès.

    Ce qui est difficile, c'est de savoir si ses jeunes brodeuses ont eu des enfants car elles quittaient souvent leur village après leur mariage pour suivre leur époux.On ne trouve donc les enfants que si elle reste dans le village après son mariage.De plus, on ne peut consulter que les archives d'avant 1900, car les personnes sont censées être décédées, on ne peut consulter des actes d'état civil en ligne de personnes encore vivantes

    7
    MClaude 47
    Mercredi 25 Février 2015 à 19:24
    C'est une merveille !!!! Vraiment qu'il est beau !
    Et je vois bien où tu as trouvé cette superbe corbeille de fleurs !!
    C'est un trésor que tu as chiné ???
    veux tu que je te dise : je bave d'envie. ... c'est pas bien et c'est péché !
    ♥♥♥♡♡♥♥♥
    8
    Mercredi 25 Février 2015 à 19:54
    Il est entre de bonnes mains et tu sais si bien parler de lsa créatrice
    Merci pour ce beau partage
    Bizoux
    La cocotte
    9
    Guysiane
    Mercredi 25 Février 2015 à 21:27
    Quel récit. Merci pour ce partage.
    Bisous
    Josiane
    10
    Jeudi 26 Février 2015 à 08:03

    Quelle belle histoire au travers de cette broderie, toute une famille ainsi mise au grand jour, c'est un véritable trésor que tu possèdes là!

    Bises de Mireille du sablon

    11
    Jeudi 26 Février 2015 à 08:27

    Une chance que son nom soit apparu sur le net, je comprenais bien la recherche par les archives mais je ne voyais pas quel était ton point de départ. Merci pour les explications, et bravo pour ce travail qui a dû être passionnant.

    12
    Jeudi 26 Février 2015 à 10:20

    Oui en effet, j'adore ce genre de recherches. Mais parfois ça ne donne rien... Je suis en train de chercher une petite Celine Poirier, 7 ans en 1867 à St Aubin-le-Desert en Mayenne, mais je n'ai rien trouvé sur elle. Elle ne devait pas habiter ce village au moment de sa naissance.

    13
    Jeudi 26 Février 2015 à 18:32
    Colombine

    Marie Libellule, notre brodeuse détective a encore frappé! Magnifique enquête qui donne une âme au si beau marquoir d'Henriette.

    J'ai beaucoup de mal à penser à une enfant de 12 ans aujourd'hui en train de s'atteler à pareille tâche. Ils ne font plus guère de travaux manuels nos petiots, c'est dommage. Cela développe de nombreuses qualités. La constance, le goût du travail bien fait, la manualité, la découverte de l'art....

    14
    kiki38
    Vendredi 27 Février 2015 à 09:48

    Il est magnifique et toujours d'aussi belles histoires de famille

    bizzzzzzz du 38 Christine

    15
    Samedi 28 Février 2015 à 14:10

    Que c'est beau !!!!

     

    Merci pour ces belles photos et tous ces détails

    et pour ces recherches, j'aime tant connaître la vie de nos petits brodeuses 

    16
    Samedi 28 Février 2015 à 18:04

    C'est vrai que ça rend leurs ouvrages encore plus précieux et attachants quand on arrive à connaître un petit bout de leur vie.

    17
    Samedi 28 Février 2015 à 18:50

    Pour Céline Poirier, j ai fait quelques recherches pour toi...et il semblerait que ce soit aussi un nom de personne ayant émigré au Canada...où il y en a beaucoup ( parfois déformé en Perrier ) ce qui expliquerait pourqoui on ne la trouve pas ni en Mayenne ni ds les départements limitrophes...Aie aie aie...ça complique les choses !

    18
    Samedi 28 Février 2015 à 19:03

    Oui,j'ai bien retrouvé une Céline Poirier au Canada, mais je n'ai pas regardé s'il était spécifié que ses parents étaient nés en France. Si ce sont des canadiens depuis plusieurs générations, ce n'est pas la bonne...

    19
    megane
    Dimanche 1er Mars 2015 à 17:47

    J'ai encore été touché par ton récit sur cette petite Henriette . 

    Merci de partager avec nous ton amour et ta passion pour ces jeunes brodeuses au travers de leurs magnifiques ouvrages .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :